Translate

13 déc. 2017

Hollywood Dirt.


Titre : Hollywood Dirt.
Auteur : Alessandra Torre.
Genre : Romance.
Edition : Hugo&Cie.
Nombre de pages : 432 pages.
Prix : 17€.


Résumé :

 Le superbe acteur Cole Masten divorce de sa femme, superstar elle aussi. Le mari parfait est maintenant le célibataire le plus sexy d'Hollywood qui se lâche dans des fêtes torrides. Un nouveau bad boy règne sur Los Angeles.

Summer Jenkins est une jolie jeune fille blonde aux yeux noisette qui vit en Géorgie dans un bled paumé qui la rejette.

Et quand l'avion de Cole Masten atterrit sur l'aérodrome de campagne, tout le monde regarde déambuler cette star dans la ville. Cole Masten vient visiter le lieu de son prochain tournage et amène Hollywood avec lui. Et quand son chemin croise celui de Summer, il la veut pour tenir le premier rôle dans son film.

Cole Masten est un sex-symbol, et toutes les femmes craquent pour lui. Toutes les femmes, sauf Summer qui n'aime pas son arrogance et sa manière de parler. Mais là, il va être son patron pour les quatre prochains mois...


Extrait :

 Cole explosa :
- Et qui a accepté une connerie pareille ?
- C'est nous, répondit Summer en avançant d'un pas, comme si elle était prête à l'affrontement. Et ces conneries sont la seule raison pour laquelle vous pouvez vous installer ici plutôt qu'à l'hôtel. Savez-vous quel mal s'est donné Ben ? Non, bien entendu ! Vous êtes bien trop occupé en Californie, entouré par...
Soudain l'étincelle se changea en flamme et sa bouche se posa sur la sienne, il lui fit ravaler ses mots pendant que ses mains trouvaient sa taille et la poussaient. Elle trébucha, son cul - putain de robe - heurta le comptoir.
Elle avait un goût de tendre rébellion. Sa langue se détendit, elle l'acceptait. Ensuite, ses deux mains se posèrent sur sa poitrine, et son adorable petit genou remonta violemment entre ses jambes.
Il n'eut pas le temps de dire ouf. Ses paroles furent noyées par la douleur. Il tendit sa main sans même s'en rendre compte, il avait besoin d'un support, d'un shoot de morphine, d'une arme quelconque pour tirer dans la tête de cette folle dingue, de n'importe quoi.

9 déc. 2017

Off-Campus, Tome 1 : The Deal.


Titre : Off-Campus, Tome 1 : The Deal.
Auteur : Elle Kennedy.
Genre : Romance.
Edition : Hugo&Cie.
Nombre de pages : 431 pages.
Prix : 17€.


Résumé :

Un accord dangereux ?

 Hannah est une élève brillante et elle a un don incroyable pour le chant. Mais quand il s'agit d'hommes et de séduction, elle perd tous ses moyens.
Garrett est la star de l'équipe de hockey de l'université, mais ses résultats scolaires ne sont pas à la hauteur et il risque de perdre sa place dans l'équipe.
Ils vont passer un drôle d'accord. Elle lui donne des cours, il l'aide à surmonter ses angoisses et à séduire le quater back de l'équipe de football.

Cet arrangement original va-t-il changer leur vie ?


Extrait :

 - Tu as interdit à tous les mecs du campus de m’approcher ? Tu es sérieux ?
Je plonge mon regard dans le sien et je sais qu’elle n’y voit pas le moindre remords.
- Bien sûr !
- Mon Dieu, tu es incroyable, dit-elle en secouant la tête. Qui fait ça, Garrett ? Tu ne peux pas menacer tous les mecs de la fac de leur botter le cul s’ils me touchent !
- Je n’ai pas menacé tous les mecs. Tu crois que j’en ai le temps ? Je l’ai simplement dit à quelques personnes clés et je me suis assuré qu’elles feraient passer le message.
- C’est quoi l’idée ? Si tu ne peux pas m’avoir, alors personne ne peut m’avoir ?
- Mais non, ce serait fou ! Je ne suis pas un psychopathe, voyons. Je l’ai fait pour ton bien, Wellsy.
- Ah bon ? Alors vas-y, explique-toi !


Avis :

 Comme d’habitude dans une romance, nous avons droit aux clichés de base ! Sauf que sans eux, l’histoire ne serait peut-être pas autant addictive ; puisque je l’ai lu en seulement quelques heures. J’ai tout simplement dévoré ce premier volume d’ « Off-Campus ». Certes, c’est un récit simple et sans réellement d’originalité ; toutefois c’est vraiment bien construit. Les personnages, les sentiments et les lieux semblent développés suffisamment pour être plaisant et surtout captivant. Dans un sens, la plume de l’auteur est le point fort du roman ; elle est douce, attentive aux mots qu’elle utilise. Par contre il n’y a pas de suspense, peu de surprise ; dans les histoires d’amour la fin est souvent prévisible, pourtant « The Deal » est intéressant de part la personnalité des héros.

Hannah au surnom de Wellsy est une jeune femme ayant vécu un fait immoral étant plus jeune. Difficile dans son cas de ne pas s’attacher à elle, loin d’avoir pitié d’elle ; au contraire j’ai admiré sa force de vivre après ça. Malgré tout elle ne fait pas confiance facilement et particulièrement aux garçons, tout en évitant les soirées universitaires. Ce que j’ai vraiment aimé chez elle, c’est son indépendance et sa gentillesse envers les autres ; cependant elle n’hésite pas à avoir de la répartie et surtout de faire tourner en bourrique les hommes, surtout quand ils sont « arrogants ». C’est pratiquement un coup de cœur, alors que les héroïnes de romance cliché ne me touchent pas forcément beaucoup.

Garret Graham, le beau mec, sportif, populaire, plutôt intelligent – le magnifique stéréotype ! Surtout qu’il ne souhaite pas de relation sérieuse et préfère coucher avec les filles quand ça lui chante et rien de plus. Les sentiments ça ne fonctionnent pas avec lui. Mais rien n’est jamais sûr, surtout après avoir raté un devoir, prêt à être sur le banc de touche pendant les prochains matchs. Il doit trouver une solution impérativement. J’ai bien aimé ce personnage, bien différent de ce qu’on peut penser de lui au début.  Il n’est pas différent et unique, mais il est agréable à suivre ; il s’exprime sur ses sentiments sans mettre de barrière. Au fond je crois que c’est son côté naturel qui m’a plu chez lui.

De mon point de vue le roman est très simple à lire, en quelques heures il était terminé. C’est évident que l’histoire est classique, déjà-vu et revu ; il n’y a rien de bien surprenant dans ce récit. Mais j’ai quand même apprécié ma lecture, les sentiments étant très bien développés ; j’ai ressenti la honte d’Hannah, la force de Garret, l’amour entre eux en dehors du fait qu’ils ont du mal à se supporter au début. Ils forment un joli couple, ordinaire avec des petits moments intéressants. Certes ce livre n’est pas exceptionnel, toutefois c’est agréable, prenant et plutôt drôle de temps en temps ; en effet les piques entre nos deux héros donnent cette petite étincelle – malgré tout le manque d’originalité et le fait que ce soit dénué de surprise me laisse sur ma faim.

L’écriture d’Elle Kennedy s’engouffre facilement dans l’addiction. Naturelle, vivante, dosant parfaitement les émotions et les détails de l’histoire. Je ne suis pas surprise par cette auteur, les mots glissent comme du papier à musique ne laissant pas forcément de trace à l’esprit. Ce n’est pas une plume marquante bien qu’elle soit douée pour faire alterner deux personnages.

Sincèrement ce livre m’a conquis, même si ce n’est pas le récit du siècle. Des clichés au niveau de la rencontre, de la construction relationnelle entre nos héros. Mais une belle surprise sur leur personnalité, Hannah est indépendante et gentille ; sauf qu’elle résiste avec ses réponses vives. Garret paraît banal, pourtant on s’attache à sa simplicité du fait qu’il ne lutte pas sur ses sentiments. Les protagonistes secondaires plaisent aisément, rajoutant vraiment une note de « famille », « frère », un nuage de solidarité qui fait du bien. Un ouvrage loin d’être authentique, sans inclure les émotions dans ce fait. Dans cette première histoire d’amour tout est presque idyllique, malgré des petits drames. Il y a parfois de l’amusement, un bon déroulement et une écriture attractive.


Note :
8.5/10.

8 déc. 2017

Le vendredi en musique – 8 Décembre 2017

-> Mes découvertes de la semaine :
*Broken People de Logic et Rag’n’Bone Man – Comme vous pouvez le constater à force, je suis une grande fan des grosses voix ! Le rythme de cette musique est envoûtant, de plus le côté « rap » donne une certaine cadence. Je ne peux pas dire que je suis tombée amoureuse de ce titre, toutefois j’aime bien et c’est très agréable à l’écoute.

*Pierre, feuille, papier, ciseaux de Columbine – Le fond sonore est tout simplement magnifique, lent et prenant. Les paroles doivent être comprises et elles sont profondes. Un style Slam, doux et prenant ; ce single touche le cœur. On retrouve du texte et une mélodie toute simple.


-> Mes écoutes de la semaine :
*Gone Is The Night de Kris Kross Amsterdam et Jorge Blanco – Un titre que j’écoute en boucle depuis deux jours. La voix m’en rappelle une autre, un style parlant et donnant envie de danser comme Mickael Jackson. Je pense qu’on passe un bon moment avec cette chanson.

*1-800-273-8255 de Logic, Alessia Cara et Khalid – Un mélange d’RnB et de rap. J’entend cette musique de plus en plus sur la radio, elle n’est pas extraordinaire mais elle se laisse écouter. Et je suis fan de la voix de la chanteuse, elle se complète bien avec la voix des hommes.


-> Mes coups de cœur de la semaine :
***So Far Away de Martin Garrix, David Guetta, Jamie Scott et Romy Dya*** - L’un des meilleurs singles de David Guetta que j’ai pu entendre depuis un petit moment. Elle me fait vibrer, les deux voix s’accordent parfaitement et on pourrait croire que c’est un « slow » - moderne bien évidemment. En tout cas, le mix Garrix et Guetta sonne magnifiquement bien !

***Run To You de Tom Gregory*** - Peut-être une musique simple, mais elle est authentique. Cette chanson peux s’écouter en tout instant, une petite perle musicale ; la mélodie est sans embellissement, l’instrumental se suffit à lui-même et le timbre du chanteur correspond au style.

6 déc. 2017

Make me Bad, Tome 1.


Titre : Make me Bad, Tome 1.
Auteur : Elle Seveno.
Genre : Romance.
Edition : Hugo&Cie.
Nombre de pages : 434 pages.
Prix : 7.60€.


Résumé :

 Que cela soit au travail ou dans sa vie personnelle, Laure est une gentille fille : dévouée, attentionnée, presque bonne poire. Elle est prête à tout pour faire plaisir aux autres, y compris à s'oublier.

Cependant, lorsqu'elle découvre qu'elle est victime de la pire trahison possible de la part de ceux qu'elle aime le plus, deux choix s'offrent à elle : pleurer sur son sort ou laisser exprimer sa colère.

Les gentilles filles ne choisissent pas la seconde option, elles ne décident pas de se venger et elles ne demandent pas à un très mauvais garçon de les aider. Mais si elles le faisaient, jusqu'où seraient-elles prêtes à aller ?

Succomberez-vous à la vengeance ?


Extrait :

 - Alors vas-y. Arrête de te contenir et fais ce dont tu as envie ! Si cela peut te rassurer, je ne te demanderai jamais de faire quelque chose que tu ne désirerais pas.
- Quoi ?
Il se fout de moi, là ? Il me demande de coucher avec lui comme dédommagement de son implication et ose clamer qu'il ne me demandera jamais de faire quelque chose que je ne veux pas ?
Il ne me laisse pas le temps de me poser plus de questions. En une seconde, il est sur moi. Revenu pour me torturer. Reprendre les rênes de la partie. Recouvrant ma bouche de la sienne, étouffant les mots que je veux lui assener.
Je ne lutte qu'un instant. Lorsqu'il repose ses mains sur moi et force le passage de sa langue entre mes lèvres, je redeviens poupée de chiffon.

3 déc. 2017

Tous les deux.


Titre : Tous les deux.
Auteur : Nicholas Sparks.
Genre : Contemporain.
Edition : Michel Lafon.
Nombre de pages : 537 pages.
Prix : 18.95€.


Résumé :

Peut-on aimer sans conditions ?

 À 32 ans, Russel Green a tout pour être heureux ; une adorable fille de 6 ans, une carrière réussie dans la publicité, une sublime maison en Caroline du Nord, et au coeur de ce rêve éveillé sa fabuleuse femme Vivian.
Pourtant, en quelques mois, son monde s'écroule : il perd son emploi, son épouse le quitte et lui laisse leur petite London à élever. Désarmé, il décide pourtant de reprendre sa vie en main. Tour à tour papa et maman, chauffeur, cuisinier, animateur et confident, Russ découvre les difficultés et les bonheurs d'un père célibataire.
Quand Vivian demande à récupérer la garde de leur fille, Russel se lance dans le combat de sa vie pour son enfant qui est devenue le pilier central de son existence. Y parviendra-t-il ?


Extrait :

 Mais je n'avais pas prévu que les gamines de cinq ans pouvaient mettre un temps fou à se pomponner pour une soirée en tête à tête avec leur papa. De retour à la maison, London s'est ruée dans l'escalier et m'a interdit de l'aider. Je suis allé dans mon dressing et me suis habillé aussi, enfilant même un blazer. J'ai préparé le repas, ce qui m'a pris cinq minutes à tout casser, puis j'ai dressé la table en sortant notre belle vaisselle. Des chandelles ont complété le tableau, puis j'ai versé le jus de raisin dans des verres à pied. Enfin, je me suis appuyé contre le plan de travail et j'ai attendu.
J'ai fini par aller m'asseoir à table.
Ensuite, je suis passé au salon et j'ai mis la télé sur ESPN.
De temps à autre, je m'approchais de l'escalier et je l'appelais ; elle insistait pour que je reste en bas, en disant qu'elle n'avait pas fini.
Lorsqu'elle est enfin descendue, j'ai senti les larmes me monter aux yeux. Elle avait choisi une jupe bleue et un petit haut à carreaux bleus et blancs, des collants blancs, des chaussures blanches, et un serre-tête bleu pour les cheveux. Un collier de fausses perles apportait la dernière touche d'élégance. Malgré toutes mes réserves sur les fréquentes expéditions shopping de Vivian avec notre fille, même London savait qu'elle faisait son petit effet.
- Tu es magnifique, ai-je dit en me levant du canapé, tandis que j'éteignais la télévision.
- Merci papa, a-t-elle dit en s'approchant prudemment de la table de la salle à manger. Cette table est vraiment jolie.
Son envie manifeste de paraître le plus adulte possible me faisait craquer.
- J'apprécie, ma chérie. Aimerais-tu dîner ?
- Oui, s'il te plaît.


Avis :

 Une lecture très difficile à suivre, plus de 500 pages avec des longueurs ; au début de l’histoire je décrochais souvent par le manque de moment opportun. Pourtant c’est un très beau récit, parlant d’un père et de ses soucis de famille – le travail, l’argent et un divorce – bercé par l’amour qu’il porte à sa petite fille, il doit l’élever seul après le départ de sa femme. Peut-être ai-je trouvé ce roman interminable par l’excès de narration, en effet on est complètement dans la tête de ce papa et le moins qu’on puisse dire c’est qu’on sait tout de lui et de ce qu’il pense. Une œuvre sur un amour invincible, Nicholas Sparks nous offre une nouvelle histoire sur les liens unissant un père et sa fille.

Russel Green travaille dans une agence de pub, possède une magnifique maison, une petite fille de six-ans et une femme. Le bonheur, ou presque. Malheureusement tout n’est pas éternel et particulièrement une carrière, il perd son emploi et se retrouve dans une situation périlleuse ; faire un choix. Il prend les devants et créer son entreprise. Mais juste après ça, son épouse l’abandonne en lui laissant leur fille, du coup il devient papa et maman à plein temps. J’ai trouvé ce personnage incertain, cependant il est très courageux et c’est un très bon père ; il s’occupe de son bébé tout seul et sans jamais se plaindre de quoi que ce soit. Il s’en sort avec brillance, ne lâchant jamais son rôle de pilier central ; donnant tout ce qu’il faut pour son enfant.

J’ai eu un réel coup de cœur pour tous les personnages, ils ont tous une profondeur et une importance capitale. Marge et son franc-parler, la confidente, la grande sœur de Russel. Liz et sa réserve que j’ai trouvé touchante et très intelligente, perspicace et pleine d’esprit, la compagne de Marge. Emily est une femme plutôt mystérieuse mais elle est gentille, douce, avec une âme d’artiste, ce qui est marquant c’est tout simplement sa sagesse, l’ex petite-amie de Russel et ils se retrouvant quelques années après leur rupture. London, la petite fille de notre héros ; elle est elle-même une héroïne puisqu’elle change la vie de son père, elle lui montre dans un sens le chemin qu’il doit prendre, c’est une enfant vraiment adorable avec une maturité étonnante ; par contre elle est parfois influençable. Le père et la mère de Russel, ils m’ont tout les deux touchés, lui est observateur, pudique et c’est un homme avec de l’expérience sur la vie et ses problèmes communs ; tandis que la maman est souvent inquiète, avec le cœur ouvert au monde entier, elle ne juge personne et j’ai admiré son énergie et sa force après tant de tragédie. L’unique ombre au tableau c’est Vivian, la femme de Russel, étant vil, manipulatrice et vénale, pourtant elle a quand même du cœur pour London, son bébé ; elle est prête à tout pour elle, jusqu’à faire de celle-ci sa poupée, la façonnant à sa manière. Je ne l’ai pas du tout apprécié, elle sait comment mener son monde et son caractère est déplaisant à souhait, se croyant tout permis.

Sincèrement je ne sais pas quoi penser de ce récit, la fin est vraiment émouvante au point de m’avoir serré la gorge. En fait il n’y a pas vraiment d’intrigue particulière, pas comme dans les précédents romans de cet auteur où il y avait un vrai rebondissement, une touche d’action et de surprise. Ce livre est tout en simplicité, sur les traces de la réalité et de la sincérité. Ce n’est pas original, cependant j’ai reçu une bouffée d’authenticité et du baume au cœur. Malgré des instants pénibles pour nos personnages, il y a autant de bonheur et de joie, de magie et une nuée d’amour ! Un roman sur tout les sentiments qu’un père, frère, mari et fils peut connaître. On découvre Russel se cherchant dans l’existence, se posant les bonnes comme les mauvaises questions, essayant chaque solution possible, mettant ses talents méconnaissables à contributions. Certainement que le dénouement est inattendu, tout comme certains autres aspects de l’ouvrage, donc je vais éviter de raconter les moments majeurs pour ne pas gâcher les bienfaits de cette histoire.

Nicholas Sparks est un écrivain que j’admire depuis déjà un petit moment, abordant des récits sur la vie, sur des thèmes vrai et sans en rajouter plus que nécessaire. Pourtant dans ce livre je n’ai pas retrouvé le charme de sa plume, comme dans « Si tu me voyais comme je te vois » ou encore « Un choix » ; dans « Tous les deux » son écriture est envoûtante tout en étant parfois pesante en tournant de plus en plus les pages. Premièrement les chapitres ne sont pas courts et de plus la narration prend une place considérable. Par contre j’ai beaucoup apprécié les paragraphes en italique mettant en scène une époque, un instant que Russel a vécu avant toute cette histoire.

Dans l’ensemble cette lecture est satisfaisante et bouleversante sur la fin. Malgré tout les longueurs sans fin m’enlèvent légèrement du plaisir, en tout cas certaine descriptions semblent être juste là pour être là, tandis que les moments sublimes passaient bien trop rapidement à mon goût. Des personnages extraordinaires, uniques ; avec des défauts comme des qualités, des humains pour lesquels on s’attache véritablement, je ressens une vraie tristesse de les quitter. Un suspense perceptible tout en ayant un récit assez prévisible en raison du résumé. Des émotions profondes et intenses, toutefois elles sont authentiques et évidentes, des sentiments à l’état brut ; un bonheur de lire ça ! L’originalité n’est pas forcément là puisque de mon point de vue c’est une histoire avec des faits réels, purs ; un roman honnête. Et l’écriture est quand même belle en dehors des développements de temps en temps ennuyeux. « Tous les deux » est à découvrir et à partager avec amour.


Note :
8.5/10.

1 déc. 2017

My Escort Love, Tome 1.


Titre : My Escort Love, Tome 1.
Auteur : Laura S. Wild.
Genre : Romance.
Edition : Hugo&Cie.
Nombre de pages : 452 pages.
Prix : 7.60€.


Résumé :

 Constance Pradel est jolie, un peu timide et passionnée de dessin. Elle est aussi mal dans sa peau et entretient une relation compliquée avec son père. Et elle est surtout... vierge. Complexée par cette situation et poussée par Sophia, sa fidèle et déjantée meilleure amie, elle décide de faire appel à un escort boy pour y remédier. C'est ainsi que le ténébreux Noah entre dans sa vie...

Beau, charmeur et sûr de lui, Noah mène sa vie comme bon lui semble. Escort boy depuis plus de trois ans, il assume pleinement son mode de vie et sa profession dérangeante. Jusqu'au jour où sa route va croiser celle de Constance.

Et s'il ne lui faisait pas seulement découvrir les plaisirs de la chair mais aussi les émois de l'amour ?


Extrait :

 - Je crois que j'ai hâte que tu termines la fac.
- Pourquoi?
- Comme ça je t'aurai tous les jours avec moi. Je ne me demanderais pas ce que tu fais, où tu es et avec qui. Je sais qu'en rentrant je te trouverai là.
Je me fige dans ses bras. Il resserre un peu plus son étreinte.
- Noah, tu ne me trouveras pas tous les jours chez toi, je te rappelle que j'ai un chez-moi avec des parents qui m'attendent.
- Je sais, je sais. Mais est-ce que tu ne pourrais pas, disons, diviser la semaine en deux? Cinq jours chez moi, deux jours chez eux?
Je m'esclaffe en secouant la tête.
- Tu es nul en maths à ce que je vois.

Le vendredi en musique – 1er Décembre 2017

-> Mes découvertes de la semaine :
*Fête de trop de Eddy de Pretto – NRJ et ses découvertes parfois valant de l’or dans les oreilles. Ce nouveau chanteur, interprète avec force ; il me rappelle vraiment Stromae dans le style et le rythme. Un rappeur que je qualifie plutôt de chanteur et de poète ; j’aime beaucoup et j’espère que vous allez aimer et partager ce petit bijou.

*Breathe de Feder – Feder est un DJ que j’écoute de plus en plus, le côté house, électro, techno ; le mélange de ce qu’il fait est envoûtant. Cette chanson en est une nouvelle et j’aime bien, la voix comme le mixage – la mélodie me fait penser à une autre que j’ai pu entendre dans un film de « danse ». Une découverte sympathique.

*Save the World de BCX (feat Riiver) – Un brin de joie, de bonheur dans cette mélodie. Elle annonce les fêtes, le sourire et la musique ; tout simplement. Le tempo est assez dansant, sans être « discothèque ». On passe un bon moment avec ce singgle.


-> Mes coups de cœur de la semaine :
***Crazy de Lost Frequencies & Zonderling*** - Mais je tombe directement amoureuse de ce style, je peux écouter ça pendant des heures en fait et dans n’importe quel moment de ma vie. Ce genre de mélodie me permet de me recentrer sur moi-même, de pouvoir réfléchir et je ne saurais pas vous dire pourquoi. Simplement, certains sons vous parle plus que d’autre et c’est comme ça, la magie de l’ouïe et peut-être du cœur.

***Love Again de FDVM (feat Cayo)*** - S’il vous plait, je vous en pris mais écoutez cette musique. Au début de celle-ci on entend des sifflements d’oiseaux, ensuite une voix d’homme complètement renversante, et du rythme petit à petit sans mettre en péril la douceur de celle-ci. Pour moi ce style de musique mérite sa place dans nos playlist à tous.

***Naked de James Arthur*** - Je crois que c’est la seule chanson que j’ai pu écouter cette semaine, vraiment j’ai eu une fixation sur celle-ci. James Arthur est connu et reconnu maintenant, myais c’est l’un de ses meilleurs tubes. Douceur, profondeur, intensité, elle me donne envie de danser, de virevolter. J’ai essayé de la chanter et c’est difficile tellement elle contient de l’émotion dans sa lenteur – je ne comprend toujours pas l’anglais alors je ne sais pas ce que les paroles veulent dire. Je suis sincère sur ça, je préfère rester honnête.


-> Mes écoutes de la semaine :
Malheureusement cette semaine je n’ai pas beaucoup écouté de musique, j’ai découvert et eue des coups de cœur. Et je préfère mettre chaque chose à sa place, chapitre par chapitre ! Mais qui sait… Peut-être que la semaine prochaine je n’aurais pas de coup de cœur ; on ne sait jamais ce que la musique nous réserve, tout comme les livres.

29 nov. 2017

Everything, Everything.


Titre : Everything, Everything.
Auteur : Nicola Yoon.
Genre : Romance.
Edition : Bayard.
Nombre de pages : 359 pages.
Prix : 16.90€.


Résumé :

 Ma maladie est aussi rare que célèbre, mais vous la connaissez sans doute sous le nom de « maladie de l'enfant-bulle ». En gros, je suis allergique au monde. Je viens d'avoir dix-huit ans, et je n'ai jamais mis un pied dehors.

Un jour, un camion de déménagement arrive. Je regarde par la fenêtre et je le vois. Le fils des nouveaux voisins est grand, mince et habillé tout en noir. Il remarque que je l'observe, et nos yeux se croisent pour la première fois.

Dans la vie, on ne peut pas tout prévoir, mais on peut prévoir certaines choses. Par exemple, je vais certainement tomber amoureuse de lui. Et ce sera certainement un désastre.


Extrait :

 J'aimerais pouvoir répondre quelque chose, pas la première chose qui me passe par la tête, non, les paroles parfaites pour le consoler, pour lui faire oublier sa famille pendant quelques minutes, mais je ne trouve pas. C'est pour ça que les gens se touchent. Parce que, parfois, les mots ne suffisent pas.
Nos yeux se croisent. Puisque je ne peux pas le serrer contre moi, je serre mes bras très fort autour de ma taille.
Son regard s'attarde sur mon visage, comme s'il essayait de se rappeler quelque chose.

26 nov. 2017

La meute du Phénix, Tome 3 : Nick Axton.


Titre : La meute du Phénix, Tome 3 : Nick Axton.
Auteur : Suzanne Wright.
Genre : Bit-lit.
Edition : Milady.
Nombre de pages : 527 pages.
Prix : 8.20€.


Résumé :

Des cendres de la meute renaîtra l'amour.

 Shaya Critchley est une louve soumise, situation qui ne lui a jamais posé problème jusqu’à ce qu’elle découvre son âme sœur en la personne de Nick Axton : un puissant loup Alpha. Pas étonnant qu’un homme comme lui ne veuille pas s’unir à une fille comme elle. Mais alors pourquoi n’arrête-t-il pas de se mêler de sa vie au point de la pousser à fuir la ville ? Nick a pourtant une bonne raison de refuser de s’unir, un secret qu’il va devoir révéler à Shaya s’il espère conquérir le cœur de la fougueuse louve.


Extrait :

 - C'est toi que je veux. Tout entière.
Il avait l'air si déterminé que Shaya en eut le souffle coupé. Non, il ne pouvait pas vouloir dire ce qu'elle pensait qu'il voulait dire.
- Qu'est-ce que tu entends par là ?
- Je suis venu te revendiquer.
Jamais il n'aurait imaginé que Shaya lui envoie une cuillère à café en plein front en guise de réponse. Elle lui avait fait mal en plus, merde.

25 nov. 2017

Charley Davidson, Tome 9 : Neuf tombes et des poussières.


Titre : Charley Davidson, Tome 9 : Neuf tombes et des poussières.
Auteur : Darynda Jones.
Genre : Bit-lit.
Edition : Milady.
Nombre de pages : 475 pages.
Prix : 8.20€.


Résumé :

Vous savez, ces mauvaises choses qui arrivent aux gens bien ? C'est moi.

 Mon nom ? Jane Doe. En fait, pas vraiment, mais comme je ne m'en souviens pas... Oh, et je peux voir les morts.
Plus bizarre encore, tous ceux qui m'entourent depuis que je me suis réveillée sans mémoire semblent me cacher des choses, surtout ce cuisinier hyper sexy qui me fait craquer et qui ment comme il respire. Mais je suis décidée à découvrir la vérité, quitte à devoir lui passer sur le corps.


Extrait :

 J’avais prévu de partir comme une furie, mais ma curiosité l’emporta. Je me dirigeai à grands pas vers sa table de nuit. Caressai une Rolex du bout des doigts. Il devait avoir rencontré Scooter, lui aussi, même si la sienne avait l’air bien plus vraie que la mienne.
- Alors, pourquoi est-ce que tu vis dans un motel ?
Je sentis une légère irritation de sa part.
- Je… voyais quelqu’un.
Un cri de surprise étouffé m’échappa. J’ignorais pourquoi ça me surprenait.
- Au passé ?