Translate

25 mars 2018

Pardon.


Titre : Pardon.
Auteur : Erika Boyer.
Genre : Romance.
Edition : Autoédité.
Nombre de pages : 316 pages.
Prix : 3.99€ / 14.90€.


Résumé :

 Tandis que le monde évolue et que la jeunesse fait preuve d’une plus grande ouverture d’esprit qu’avant, il reste tout de même des sujets dont il ne faut pas parler, des tabous qui ne sont pas prêts à être brisés. Mais quand l’inceste cache un amour inconditionnel, que deux âmes ont simplement eu la malchance de ne pas naître dans les bons corps, n’est-il pas envisageable d’accepter l’inacceptable ?

Will ne prendra pas le risque, il préférera partir à 600 km de sa soeur plutôt que de potentiellement l’entraîner dans sa déchéance. Reste à savoir si « loin des yeux, loin du coeur » est une réalité ou bien un proverbe menteur, et si Sarah acceptera de perdre son frère dans ce sacrifice amoureux.

« Je ne veux pas tourner la page. J’aime ce livre dont nous sommes les héros. »


Extrait :

 - Je suis amoureux de cette personne depuis environ trois ans. Peut-être que je le suis depuis toujours mais que je ne m'en suis pas rendu compte, en fait... C'est une jeune femme parfaite, elle est intelligente, drôle, vive, belle, et tant d'autres qualités que je me demande s'il existe un homme assez bien pour elle.
Je vis David sourire, visualisant probablement sa douce Johanna car ses sentiments résonnaient avec les miens, sans aucun doute. J'en profitai pour marquer une courte pause car la suite était moins belle.
- Tu as bien compris qu'elle et moi ce n'est pas possible, mais je ne t'ai jamais expliqué pourquoi.
J'eus le sentiment d'étouffer, que j'allais mourir à cet instant, avant même d'avoir pu me libérer.


Avis :

 « Pardon » est proche du coup de cœur, de ce fait les larmes ne m’en sont pas tombées. Toutefois, cette œuvre est bouleversante en tout point de vue ; pour le sujet, les personnages attachants, les disputes difficiles et les incompréhensions. Erika Boyer sait manier les mots avec art et passion, dès les premières pages c’est ce que j’ai pu ressentir ; mais le plus étonnant est qu’elle narre au nom d’un jeune homme. C’est vraiment la source originale du récit, tellement différent d’une romance commune avec une héroïne pour raconter ses émotions ou ses pensées. Là, c’est un garçon qu’on découvre et je trouve ça extraordinaire, de plus elle illustre ce héros magnifiquement bien ; comme s’il lui appartenait.

Will est bien différent de ces congénères masculins, puisqu’il est amoureux depuis pratiquement toujours de la même femme ; mais là n’est pas le problème pour lui. Le souci, c’est qu’il n’assume pas son amour, la honte le ronge et la souffrance de ne pas pouvoir vivre ses sentiments le fait fuir. Dans ce personnage, j’ai trouvé autant de débris que de faux-semblants ; il n’ose se confier par peur du regard des autres et c’est tout à fait compréhensible. Mais là, encore ; son évolution se voit tout en exprimant les peurs qu’il possède. Je me suis prise d’affection pour lui, malgré une certaine compassion pour ce qu’il éprouve.

Sarah n’est pas vraiment une jeune fille qu’on arrive à saisir dans l’histoire, puisqu’elle est absente pendant la première partie du roman ; elle est abordée, adorée et vénérée par notre héros mais à part ça, nous en savons que très peu sur elle. Et c’est ce mystère, cette entitée ; n’ayant qu’une image d’elle, qui est intéressant. Dans la seconde tranche, elle devient réelle ; bien que trop parfaite aux yeux de Will. On découvre une femme assumant ses désirs et choix, pleine de confiance et de secret. Pourtant elle séduit la sensibilité que j’ai en moi et les émotions fortes viennent d’elle, bien plus que de Will. Alors, en soit j’ai beaucoup aimé Sarah, mais parfois elle est trop idéalisée par le narrateur. Elle est décrite comme étant talentueuse, belle, intelligente et j’en passe ; donnant une représentation d’elle sans valeur, sans imperfections.

David est un protagoniste secondaire pour lequel je me suis énormément attachée. C’est peut-être mon petit coup, positif et compréhensif. Avec un humour et une sagesse. C’est le guide, l’ami, le bon samaritain, le sauveur et le sauvé. Tout le monde veut un allié comme lui, on souhaite le connaître ; être dans son cercle de proche. L’écouter et se confier, David est quelqu’un de facile à vivre ; entièrement vrai et simple.

La diversité des personnages est impressionnante, mais le plus brillant est le fait qu’ils soient tous développés pour ce qu’ils sont. Avec une personnalité pour chacun, un enrichissement et des détails sur eux. Seul Sarah est pour moi, trop monotone, avec une moitié du roman où elle semble déesse ; malgré qu’on sache que c’est la voix, le cœur et l’âme de Will qui abandonne autant d’amour et de louange à son propos. Je suis tombée folle amoureuse de cette histoire, pour le thème tabou dans cette société où les différences, les extravagances ne sont pas toujours vu de la bonne manière. L’ouverture d’esprit est l’une de mes principales qualités, je ne suis donc aucunement embarrassée ou outrée par une histoire d’amour entre frère et sœur. Surtout, que le sujet est traité magnifiquement bien, on devine beaucoup de peur de la part de Will et une indifférence de Sarah pour ce que peuvent en penser les autres. Mais c’est difficile d’aimer, d’accepter une certaine impossibilité de le crier sur tous les toits, de devoir se cacher, de pouvoir fuir sans les siens. Les émotions se tiennent sur le fil du rasoir, parfois j’ai pu en goûter et le plus souvent les éléments de descriptions prennent le pas sur l’infime petite perle de sentiment. Le fondement de l’histoire est au final, très touchant.

Erika Boyer, auteur que je lis pour la première fois et sincèrement je suis vraiment charmée par sa plume et son univers. Elle utilise le personnage masculin comme narrateur, une idée merveilleuse et légèrement contraire aux habitudes de la romance. Les mots s’enchaînent très facilement, un vocabulaire recherché, raffiné ; sans être complexe. Sincèrement, j’ai pris du plaisir avec cette écriture ; captivante et authentique.

Dans l’ensemble, « Pardon » m’a beaucoup plu. C’est un ouvrage divinement bien écrit, avec un sujet tabou et pourtant traité avec profondeur ; tout en finesse. Will est passionnant, on ressent ses émois avec attendrissement. En différence Sarah, semble moins émouvante ; alors qu’elle est très affectée – sa force envahit le récit, pour défier les tourments de Will. Une romance difficile, ni-joyeuse, ni-triste ; elle est un mélange. L’essentiel du roman se trouve dans l’acceptation, la compréhension et le courage. Les émotions résident avec discrétion, les détails apparaissent exempt de mystère. Erika offre un livre étourdissant avec une plume équilibrée et douce. Et les citations en début de chapitre dynamisent la synopsis tout en enflammant notre cœur.


Note :
9/10.

2 commentaires:

  1. J'ai adoré lire votre chronique ; je la trouve vraiment riche en détails, sans pour autant l'être trop pour les futurs lecteurs. Ça m'a permis de bien comprendre ce que vous avez apprécié mais également ce que vous avez moins aimé ; les personnages qui vous ont plu et ceux qui n'ont pas su vous toucher... Ce genre de chronique est généralement mon genre préféré parce qu'on en apprend vraiment énormément sur votre ressenti concernant le livre.
    Du coup, je vous remercie sincèrement. Je vous remercie d'avoir pris le temps de me lire mais également d'avoir pris le temps de parler ainsi de mon livre. Et puisque vous semblez avoir apprécié ma plume, j'espère que vous vous pencherez sur un autre de mes romans, à l'occasion, et que celui-ci vous plaira aussi.

    Merci encore pour ce retour !

    P.S. : Si vous en avez l'occasion, pourriez-vous poster votre avis sur Amazon afin de m'aider, s'il vous plaît ? https://www.amazon.fr/Pardon-Erika-Boyer/dp/1520879326/

    RépondreSupprimer
  2. J'entends énormément parler de cette auteure et là, tu me donnes vraiment envie de la découvrir avec ce roman. Je le note et peut-être que je me lancerai :D Merci pour cette découvert :)

    RépondreSupprimer

Laissez un commentaire